Ensemble Andalou de Paris : Talent et dextérité

Programmé samedi soir, en seconde partie de la  quatrième soirée de la 12é édition du Festival international de la musique andalouse et des musiques anciennes,  l’Ensemble Andalou de Paris  s’est surpassé en professionnalisme.

 C’est en présence d’un grand nombre de mélomanes avertis  que l’Ensemble  Andalou de Paris a dévoilé son programme. Un programme  léger compte tenu du timing  octroyé pour chaque formation lors de ce festival.

  L’imposant orchestre chevronné-riche d’une vingtaine de musiciens-  a étrenné son répertoire par un avant goût instrumental. En effet, les violons et les ouds se sont donnés de belles répliques avant que les percussions et les mandolines s’allient,  donnant un son au pluriel des plus enchanteurs. Des youyous retentissent dans la salle à chaque enchainement de morceaux musicaux. Dans un jeu instrumental des plus parfaits, des voix se sont élevés pour venir  chanter un hawzi qui n’a pas été interprété depuis longtemps. Il s’agit du sublime poème « Rabbi K Qda A’liha du regretté cheikh  Ben Msaib. Le programme s’est poursuivi  avec d’autres  inkilabets dans le mode zidane.

 L’Ensemble Andalou de  Paris a prouvé, une fois de plus, sa détermination à sauvegarder et à préserver le patrimoine. La devise de ce prestigieux Ensemble est le partage, la transmission  et la réunion. Des valeurs qui ont été magnifiquement matérialisées sur scène.

 Shanez Hanane

Sunday the 27th. | Home | Joomla 3 Templates Joomlaskins