Lila Borsali prône l’universalité

Pour sa 3 eme soirée , le 12e FestivAlgérie a gratifié son public, venu nombreux à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh, d’une prestation de haute facture, livrée par la cantatrice de la chanson andalouse, Lila Borsali qui a choisi de bâtir de belles passerelles d’échanges avec le patrimoine culturel ibérique, dans un spectacle riche en émotions, où le chant andalou, allié au conte, a sublimé l’amour et la romance.

 

Soutenue par un orchestre d’une dizaine de musiciens virtuoses, dans leurs accoutrements traditionnels, dirigés par Leila El Kébir, la chanteuse andalouse Lila Borsali, exprimant son bonheur de retrouver son public, a choisi quelques extraits de son spectacle « Il était une fois … à Grenade », tiré de l’œuvre littéraire et poétique de Washington Irving (1783-1859),« Les contes de l’Alhambra », brillamment livrés dans un récital dont les contenus, a-t-elle estimé, collent parfaitement à la thématique du 12e FestivAlgérie qui a opté pour la mise en valeur du patrimoine, favorisant l’échange entre les peuples.

Près d’une heure de temps, la cantatrice à la voix suave et au charisme imposant, a embarqué l’assistance dans une randonnée onirique où la beauté du chant andalou et le conte raconté dans un ton de narratrice confirmée, ont suscité l’imaginaire, donnant ainsi au récital, les atmosphères d’un beau spectacle visuel.

Dans un beau dialogue entre les cultures, Lila Borsali a illustré l’universalité des émotions, chantant la romance, la mélancolie, l’amour impossible, le désir de l’autre et le sacrifice, autant de ressentis, évoquant l’errance de l’âme, que le public retrouve aussi bien dans le conte racontant le patrimoine hispanique que dans les textes séculaires rendus à travers les airs mélodieux de la chanson andalouse.

« Le but de ce spectacle est d’établir des jonctions intéressantes entre les cultures », a déclaré la cantatrice qui s’est dite très heureuse de prendre part au 12e FestivAlgérie, un évènement ouvert au patrimoine musical de tous les pays permettant les rencontres et les échanges entre les peuples.

Estimant que la chanson andalouse a de tout temps été présente de par le monde, Lila Borsali a néanmoins relevé la méconnaissance de cette musique savante par les peuples arabes qui commencent à peine à la découvrir.

Comptant à son actif quatre albums, « Fraq Lehbab » (2010), « Noubet Rasd Dil » (2012), « Noubet Leghrib (fin 2013) et « Hosn Essalim » (2015), Lila Borsali prépare la sortie de son dernier opus, prévu pour février 2018.

                                                                                                          Dadou. N

Sunday the 27th. | Home | Joomla 3 Templates Joomlaskins