10é Edition du Festival International de Musique Andalouse et des Musiques Anciennes, Une inauguration réussie

 Le coup d’envoi de la 10 é édition du Festival International de Musique  Andalouse et des Musiques Anciennes a été donné, officiellement, samedi soir, à la salle Ibn Zeydounde Riad El Feth à Alger.

 C’est devant une assistance des plus nombreuses, composée entre autres du directeur de l’Orchestre National Symphonique, M. Abdelkader Bouazzara, du musicologue Abdelkader Bendemâache, du directeur de la maison de la culture de Blida Ahmed Ayech, de la présidente de l’association Essendoussia d’Alger Salima Maâdini et de la chanteuse Lila Borsali.

Après l’usage de bienvenue, le commissaire du festival, M. Rahmaoui Aissa a annoncé l’ouverture solennelle de ce festival, dédié à la musique andalouse et des musiques anciennes. Le commissaire a rappelé que le festival célèbre ses dix années d’existence. Une décennie marquée par des rencontres diverses et des échanges culturels intéressantes entre les  artistes algériens et étrangers. Le commissaire estime que si le festival a réussi a fêté ses dix années d’existence, c’est grâce en partie au public qui  a toujours su être fidèle à ce rendez-vous annuel. Cette présente édition est placée sous le signe du souvenir et de la reconnaissance envers les grands maitres de la musique andalouse. Ces derniers ont  œuvré leurs vies durant pour la transmission et la préservation du  patrimoine immatériel de la musique andalouse. « Cette édition, dit-il, vous est offerte à vous et à toutes  les grandes figures artistiques qui ont, à travers des générations,  ont fait la gloire de cette musique et le dernier à citer dans cette lignée prestigieuse est le regretté cheikh Sid Ahmed Serri, qui vient de nous quitter, alors que nous mettions la touche finale à la préparation de ce Festival. Il était attendu parmi les invités du Festival, en particulier, avec la programmation d’une rencontre consacrée au rôle des associations dans la préservation de l'identité et de la mémoire qui s'attendait à une présence active de sa part. Cependant, le sort en a décidé autrement avec la disparition de ce grand Maitre. Il reste vivant pour nous de part son travail et ses fidèles élèves ».

M Rahmaoui Aissa indique que la programmation prévoit un  riche programme, axé sur trois importantes haltes. Des spectacles de musique et de divertissement de qualité seront à l’affiche tous les soirs, à partir, de 20h, à la salle Ibn Zeydoun.  Ainsi, plusieurs artistes, venus de 15 pays se succéderont sur scène. Le deuxième rendez-vous à retenir est l’organisation du 22 au 26, au niveau de l’INSMS d’un  symposium  International sur l’instrument ancestral du Qanun, avec  en prime des « Master Class »  ainsi que des conférences encadrées par des professeurs et des musiciens de renommée mondiale. Enfin la troisième halte repose sur l’organisation d’une conférence portant sur le rôle et la contribution des associations à caractère musical et culturel pour la préservation de la mémoire et de l'identité. De même que trois hommages seront rendus à trois grandes figures artistiques, Sid Ahmed Serri, Boudjemâa Ferguen et le syrien  Hassen Tennari.

Le commissaire n’omettra pas de révéler qu’à travers cette édition de nombreux musiciens algériens, marocains et tunisiens bénéficieront d’une session de formation pour apprendre les différentes méthodes pour jouer du «Qanun ».

Skander Khalil

 

Tuesday the 13th. | Home | Joomla 3 Templates Joomlaskins